Facebook Pixel
text.skipToContent text.skipToNavigation

Why colour management matters | myMondi Growth Site

Language and country menu

Bonjour, merci d'indiquer votre emplacement

Login menu

myMondi

myMondi.shop est notre portail B2B de services pour nos clients directs. Si vous avez besoin d'accès, merci de nous contacter.
Accès

Main navigation mobile

Mobile login

MobileColourManagement.jpg

La technologie

Pourquoi la gestion des couleurs est-elle importante

Lorsqu’il s'agit de reproduire parfaitement les couleurs, utiliser le meilleur papier est une chose. Savoir le faire fonctionner avec n’importe quelle machine en est une autre.
 

 
Avant de plonger dans ce sujet complexe qu’est la gestion des couleurs, prenons d'abord un peu de recul et réfléchissons à ce qu’est la couleur. Dans sa définition la plus élémentaire, la couleur n’est autre qu’un phénomène de la lumière et de la perception visuelle, nous permettant de différencier des objets qui, sans cela, auraient l'air identiques. En résumé : la couleur ne nous permet pas seulement de voir clairement ; elle nous permet de voir, tout simplement.


 
En montant d’un niveau sur l’échelle de la complexité, ce phénomène peut s’expliquer par des ondes électromagnétiques, visibles pour l'œil humain lorsque leur longueur d’onde est comprise entre 380 et 780 nanomètres. Ce spectre visible se situe entre la lumière ultraviolette et la lumière infrarouge qui présentent une longueur d’onde soit trop courte, soit trop longue pour que nous puissions les voir.
 
Tout ce que nous percevons dans ce monde est situé entre ces 380 et 780 nanomètres ; et quand nous imprimons, nous voulons que ce monde soit reflété sur le papier de la façon la plus exacte possible. Mais pour cela, nous devons manœuvrer nos machines.

Comment c’était avant

 
Avant que la gestion des couleurs devienne ce qu’elle est aujourd’hui, les bons imprimeurs utilisaient des scanners à tambour pour ajuster les couleurs à chaque nouvelle impression. Non seulement cette méthode prenait beaucoup de temps ; mais elle coûtait également cher car elle nécessitait énormément d’entraînement et d’expérience.
 
De nos jours, la gestion des couleurs reste une science à part entière. Mais avec l'aide de matériel et de logiciels spécifiques, elle nous permet d’obtenir une haute qualité de reproduction des couleurs. De la photo parfaite réalisée avec un appareil photo numérique, à son tirage parfait sur une presse numérique ou lithographique.

 

Comment fonctionne la gestion des couleurs?

 
La gestion des couleurs est ce qui rend possible ce procédé.
Tout commence par le bon calibrage de la presse : c’est la base de la gestion des couleurs. Dans un deuxième temps, le signal qui entre dans la machine est mesuré et ajusté ; c’est ce qu’on appelle la caractérisation.
 
Pour comprendre comment fonctionnent ces deux procédés, parlons un peu de théorie des couleurs et de la manière dont cette théorie se traduit en impression sur papier.
 
Dans le domaine de l’impression, les deux principaux modes de reproduction des couleurs sont la synthèse soustractive et la synthèse additive. Tous deux utilisent un petit nombre de couleurs qui, combinées entre elles, produisent un grand nombre de couleurs appelé le gamut.
 
Le principe de la synthèse additive des couleurs correspond au modèle RVB : le rouge, le vert et le bleu permettent de créer un nombre gigantesque de couleurs différentes, en fonction de leurs quantités respectives ; et lorsque la lumière des trois couleurs est combinée en quantités égales, cela permet d’obtenir du blanc. Ici, nos yeux captent la réflexion des différentes longueurs d’onde et la traduisent dans leurs couleurs respectives. Le modèle RVB est utilisé par de nombreux appareils numériques, tels que les appareils photos et les scanners, ainsi que pour l'affichage des couleurs sur un écran d’ordinateur.
 
Le principe de la synthèse soustractive des couleurs (modèle CMJ) est celui qui est généralement utilisé pour tous les procédés où un colorant ou de l’encre est imprimé sur du papier. Ici, les couleurs cyan, magenta et jaune sont utilisées pour absorber les longueurs d’onde afin de créer une certaine couleur ; ou superposées pour obtenir du noir ou du gris. Mais ce n’est pas tout : afin de compenser les impuretés des impressions, un facteur supplémentaire est ajouté pour l’impression en CMJ : le noir. Le modèle CMJ devient donc CMJN.
 
La relation entre les modèles RVB et CMJN est complexe ; et convertir les couleurs depuis un modèle vers l’autre (d’un appareil numérique au papier par exemple) est un processus qui peut s'avérer difficile. C’est pour cela que la gestion des couleurs doit faire partie intégrante de chaque processus d’impression.

Calibrage des couleurs

 
Toutes les presses, au fil du temps, connaissent un phénomène appelé la dérive de l'appareil. Même si la presse a été correctement réglée à l’origine, elle perdra vite son exactitude au fil du temps. C’est là qu’intervient le calibrage des couleurs, notamment la linéarisation pour corriger l’élargissement du point de trame.
 
En vue d’imprimer les mêmes couleurs sur n’importe quel type d'appareil avec n’importe quelle technologie d’impression, une méthode standardisée est nécessaire pour la mesure et l'application des couleurs. La méthode de mesure s'appuie, en partie, sur le modèle CIELAB : à l'aide d’un spectrophotomètre, la couleur d’un objet est mesurée dans ce modèle. En partant de cette information, la machine est ensuite réglée selon la valeur obtenue.
 
Pour calibrer correctement une machine, cinq étapes sont nécessaires :
 
  • Tout d'abord, régler les valeurs LAB telles qu’elles ont été mesurées.
  • Puis régler la densité de l’encre solide. Cette valeur dépend, entre autres, du type de papier utilisé pour l’impression.
  • Ajuster selon l’élargissement du point de trame. L’élargissement du point de trame est un phénomène qui donne aux tirages un aspect plus sombre que prévu. Il est donc nécessaire, lors du calibrage des couleurs, de procéder à l’ajustement correspondant.
  • Vérifier la balance des gris, c’est-à-dire la densité des encres CMJ dans le carré gris à 3 couleurs, et comparer au noir.
  • Enfin, vérifier à nouveau les valeurs pour l’ajustement de l’élargissement du point de trame et pour les densités CMJ finales.
 
Une fois le matériel ajusté, nous pouvons passer à la deuxième partie du processus.
 
desktopArticle1.jpg

Caractérisation des couleurs

 
Le calibrage correspond au réglage du matériel ; la caractérisation des couleurs, quant à elle, traite de la manière dont le signal est transmis à la presse et des moyens par lesquels il peut et doit être ajusté.
 
Elle s’effectue en mesurant les données de sortie puis en les comparant à la façon dont les couleurs sont transférées sur le papier. Les données obtenues sont, en principe, enregistrées dans un profil ICC (qui doit son nom à l’International Color Consortium : Comité International de la Couleur). Ces fichiers contiennent toutes les données nécessaires à une reproduction authentique des couleurs à partir d’un appareil spécifique, et ils sont également spécifiques au matériau choisi pour l’impression. C’est pour cette raison qu’il existe différents fichiers ICC utilisés dans les programmes, correspondant à différents types de papier.
 

Les bonnes couleurs avec le bon papier

 
En résumé, la gestion des couleurs est un outil indispensable à n’importe quel type d’impression. En particulier pour l’impression numérique où les profils ICC permettent de reproduire les couleurs sur le papier plus rapidement et de manière plus fiable.
 
Pour obtenir une reproduction idéale, un autre facteur exerce une influence non négligeable : le type de papier utilisé. C’est là que Color Copy entre en jeu. Conçu pour remplir ces besoins précis, Color Copy présente une structure de surface spécifique et une teinte blanche douce qui permettent une meilleure réflexion des couleurs, pour un gamut plus étendu que le papier standard.
 
En calibrant sa machine aussi souvent que nécessaire, en utilisant les bons profils ICC et enfin le bon type de papier, il est possible de garantir une reproduction optimale des couleurs même pour les tirages les plus complexes. Grâce à sa blancheur idéale et sa qualité toujours constante, le papier Color Copy vous livrera des couleurs exceptionnelles, pas simplement fidèles à la réalité mais, ce qui est encore plus important, fidèles à leurs spécifications exactes.
 
Mais ne nous croyez pas sur parole : commandez donc votre dossier d’échantillons ci-dessous.
 

Découvrez par vous-même:

Commandez votre dossier d'échantillons
Contact

Nous aimerions de vos nouvelles!

Nous sommes là pour vous aider. Que vous ayez une question sur nos papiers ou que vous souhaitiez commander un échantillon spécifique.Notre équipese fera un plaisir de vous aider.Envoyez-nous un e-mail à [email protected] ou appelez-nous au: +43 1 79013-4990

Aller au chapitre