Facebook Pixel
text.skipToContent text.skipToNavigation

Quand ce qui est ancien redevient nouveau | myMondi Growth Site

Language and country menu

Bonjour, merci d'indiquer votre emplacement

Main navigation mobile

Recyclingmobile.jpg

Recyclage

Quand ce qui est ancien redevient nouveau

Le papier recyclé existe sous toutes sortes de formes et de modèles. Mais avant d’en arriver là, beaucoup d’étapes sont nécessaires.

 
Les progrès technologiques ont apporté bien des choses que nous tenons à présent pour acquises. L’électricité et l’eau courante, par exemple. Ou, en particulier au cours des cinquante dernières années : le recyclage du papier. Aujourd’hui, l’Europe arrive en tête avec un taux de recyclage du papier s’élevant à 72%. Pour beaucoup d’entre nous, il est naturel que les papiers usagés trouvent leur place dans la poubelle qui leur est réservée.
 
Mais qu’est-ce qui arrive, au juste, à ces déchets que nous jetons dans la poubelle de recyclage? Comment ce mélange de feuilles de papier, d’emballages et de carton est-il transformé en produits recyclés, tels que le papier NAUTILUS® de Mondi par exemple?

 
Comme l’on peut s’y attendre, notre histoire commence avec des camions qui viennent chercher les poubelles contenant nos déchets post-consommation. Ensuite, selon l’existence ou non d’un contrat avec une entreprise de recyclage, les papiers usagés sont emportés soit dans un centre de tri appartenant à la commune, soit dans un centre de tri privé. Beaucoup de villes et de communes (souvent parce qu’elles ne possèdent pas l’infrastructure nécessaire mais également pour des raisons économiques) concluent des contrats avec des entreprises de recyclage qui s’occupent ensuite de recycler le papier.
 
Qu’il s'agisse d’un centre de tri privé ou communal, la prochaine étape est la même partout : les papiers usagés sont triés selon les différentes sortes standard, définies par le Comité européen de normalisation. Ces dernières sont réparties en cinq groupes : des sortes ordinaires aux sortes spéciales. Au fait : NAUTILUS est composé à 100 % de déchets post-consommation. Pas de chutes ni autres rebuts issus de la production de papier ; uniquement du papier qui a été utilisé par des consommateurs.
 
recyclingArticle1.jpg
N’oublions pas qu’avant d’envoyer des papiers usagés au recyclage, il est important de s'assurer qu’ils ne comportent aucun composant étranger. Le métal, le plastique, le verre, les textiles, le sable ou les matériaux synthétiques rendent le tri plus difficile, voire même dangereux et augmentent, de manière générale, le coût de tout le processus de recyclage.
 
S’il est vrai que la plus grosse partie du processus de tri est aujourd’hui automatisée, le tri initial, quant à lui, est plutôt effectué manuellement. Cela permet de garantir que la plupart des composants étrangers ont bien été éliminés avant d’entamer un tri plus minutieux.
 
Parmi les sortes de papiers évoquées ci-dessus, seul un moindre nombre peut être utilisé pour fabriquer le type de pâte à papier nécessaire à la production de NAUTILUS®.
 
En effet, en vue d’obtenir la blancheur et la qualité que nous exigeons de notre papier NAUTILUS®, nous devons utiliser uniquement des papiers usagés de qualité tout aussi élevée. Comme mentionné auparavant, les papiers recyclés sont classés dans cinq groupes différents. La plupart des papiers nécessaires pour produire la pâte à papier NAUTILUS devront provenir du groupe 3 : les sortes supérieures. Ces dernières sont, en principe, blanches et sans bois. Plus le papier qui sera transformé en pâte recyclée est blanc, plus notre papier recyclé deviendra blanc, lui aussi. Et en sélectionnant du papier sans bois, nous garantissons qu’il conservera sa blancheur.
 
Une fois que les papiers usagés convenant à la production de NAUTILUS ont été sélectionnés, il s'agit ensuite de les nettoyer dans un processus appelé le désencrage.
 
Cette méthode inclut la préparation initiale de la pâte à papier, transformant le papier en une pulpe liquide. Cette dernière passe ensuite par une série d’étapes de filtrage et de nettoyage. L’une de ces étapes, connue sous le nom de désencrage par flottation, consiste à ajouter un agent collecteur puis à injecter de l'air dans un baril rempli de pâte à papier : les particules d’encre et de couleur remontent alors à la surface tandis que la pâte repose au fond du récipient. Cette étape est effectuée à plusieurs reprises jusqu’à ce que les bulles remontent limpides à la surface : toute l’encre a été extraite de la pâte. Il est important de noter que pendant tout le processus, aucun chlore n’est utilisé pour blanchir la pâte à papier. Cette méthode est connue sous le nom de PCF : process chlorine free.

Enfin, la pâte à papier obtenue passe par un système de dispersion qui la débarrasse des saletés résiduelles.
 
Ce qui reste est appelé DIP (de-inked pulp ou pâte désencrée).
 
Infobox

Apprenez-en davantage

Au fait, vous vous posez sûrement la question : 1,4 tonnes de papiers usagés sont nécessaires pour produire 1 tonne de papier recyclé.
 
À partir de cette étape, le processus de fabrication est identique à celui pratiqué lorsqu’on produit du papier à partir de fibres fraîches : dans notre usine de Basse-Autriche, la pâte est introduite dans la machine à papier, enrichie d’une grande quantité d’eau. Elle y passe par des étapes d’étirage, de pressage et de séchage.
 
Le processus est achevé : les containers remplis de déchets ont été transformés en toutes nouvelles rames de papier recyclé NAUTILUS. Une partie du Cycle de Durabilité est terminée. Mais c’est une autre histoire (que vous pouvez lire ici).
La marque

Les papiers recyclés par Mondi

Allez voir le portefeuille complet de Mondi des papiers recyclés NAUTILUS® pour l’impression professionnelle ou l’utilisation de bureau.
 

Aller au chapitre